L’UPFG à l’exposition Universelle de Milan
26 septembre 2015
Plus de 10000 paysans font entendre leur courroux devant le Palais fédéral
27 décembre 2015

Une seule terre
Un peu comme un slogan de nos paysannes et paysans, de ceux qui s’y penchent !
Se pencher sur la terre, ce n’est pas pour constater au combien elle est basse … ça serait comme parler pour ne rien dire. Un langage de militants qui ne savent même pas de quoi ils parlent !
La terre est basse mais de quelle bassesse ?
Le dicton aurait-il teinté notre noble état de paysans et de paysannes de quelque vile définition ?
Mais de la terre, il n’y a que noblesse ! Celle qui se définit par la production même !

Et pourtant si bassesse il y a, c’est le temps d’une mise à plat … à plat ventre …à raz terre !
Dans notre univers paysan c’est de la terre, de celle qui se dépose comme un gant sur nos mains dont nous parlons, c’est de cette terre-là, la seule que nous connaissions !
Baissons la tête, à raz terre …
Notre oreille bien aiguisée percevra le murmure de la pousse qui tente une sortie ! Un campagnol qui vient forer ses galeries et nous mettre tout s’en dessus dessous ! Un petit ver du dessous qui suit son chemin, aérant, travaillant sa terre en ondulant pour mieux nous servir !
C’est que le grain repose là, dans la travée creusée et travaillée par de brinquebalantes machines.
Une seule terre pour nous alimenter, pour ensemble la soigner. Une seule terre, celle de nos campagnes et celle assoiffée de l’autre côté. De là-bas, où ils marchent la tête en bas, de là dessous !
Notre 21ème siècle souffre d’avoir dessiné un certain mépris à l’égard de ceux qui s’y penchent pour nourrir la planète ! Effectivement, ceux qui vivent des métiers de la terre sont en souffrance !
Dans l’hémisphère nord, c’est la richesse qui laisse croire que l’on peut se nourrir sans producteurs, sans terre … que tout s’achète partout… que tout est remplaçable. Dans l’hémisphère sud, d’autres problématiques bien plus fondamentales ne permettent même pas de nourrir la population ! Pourtant, la sagesse paysanne pourrait rappeler à la richesse que rien ne permettra la survie de l’espèce humaine sans une alimentation saine produite sur terre !
La médecine n’assure pas la santé, la médecine soigne les maladies. Notre alimentation est notre santé !
La paysannerie du 21ème siècle, est encore chargée d’alimenter la planète (on n’a pas encore trouvé d’autres moyens pour vivre que de manger et boire !!) c’est une vérité qui restera… elle ne peut être balayée ni par l’agroalimentaire, ni par la médecine, ni par le politique…
Mais cela demande aujourd’hui une prise de conscience bien plus large que celle des paysans et des paysannes de cette planète… nous sommes toutes et tous concernés !
Aujourd’hui, travailleurs de la terre et de la cuisine penché ensemble sur leur labeur, fusionnant leur savoir, font de notre alimentation une palette colorée et saine.
A vous restaurateurs, les deux pieds sur le terrain de vos cuisines, vos pianos jouant l’harmonie GRTA de la mandoline tranchant un duo de carotte, avec son filet de bison grillé sous la salamandre, le tout décoré d’un tableau de jeunes pousses ; à vous tous un grand merci !

Service s’il vous plait !

12247177_10206462091289206_4032218249412124354_n

Patricia Bidaux