La restauration GRTA est à l’honneur

Des jeunes professionnels qui misent sur la formation pour relever les défis
8 décembre 2016
Assemblée générale de l’UPFG 2017
9 avril 2017

La grtarestauration collective et privée est un puissant levier de valorisation des produits du terroir.
A trav
ers la remise de prix et certificats, l’Etat de Genève entend encourager et soutenir
les établissements labellisés GRTA et susciter de nouvelles adhésions.

Fort de son succès auprès du grand public, le label GRTA (Genève Région – Terre Avenir) poursuit son offensive de séduction envers la restauration collective et privée. Alors qu’en 2013, seuls 88restaurants genevois étaient labellisés GRTA, ce sont aujourd’hui 319 établissements à proposer à leurs clients des produits du terroir. Une tendance qui répond à une demande, puisque 86% des Genevois affirment vouloir consommer plus de produits locaux, selon un sondage mené en 2015 par l’institut DemoSCOPE. A ce jour, plus de 350 entreprises sont certifiées pour la fabrication, transformation et commercialisation de plus de 500 produits GRTA.

Un label essentiel

L’Etat de Genève, propriétaire du label, avait organisé vendredi dernier lors des «Automnales» de Palexpo  la remise des certificats aux nouveaux restaurants collectifs labellisés. «C’est très bien de travailler avec des produits de Genève et des alentours. On reçoit des matières premières de qualité, cela permet de se passer des intermédiaires et d’être vraiment plus proche des producteurs», dit Antoine Zauli, chef de restaurant à l’Etablissement médico-social Pierre de la Fée à Cointrin, labellisé GRTA depuis environ 9 mois. «Nous avons doublé le nombre de restaurants labellisés ces deux dernières années. Le GRTA est essentiel pour notre économie agricole et nous avons de plus en plus de partenaires qui jouent le jeu, comme les hôtels, les grandes surfaces ou les épiceries», s’est félicité de son côté Luc Barthassat, conseiller d’Etat. «C’est important pour un petit canton comme le nôtre, très urbain mais encore avec une ceinture verte qu’il faut préserver.»

La plate-forme, un outil indispensable

Cet événement fut aussi l’occasion de mettre l’accent
sur l’importance de la plateforme GRTA, créée en 2013 pour gérer les stocks et les flux des marchandises. Regroupant 67 fournisseurs et les 319 restaurants labellisés, cet outil internet permet aux producteurs de connaître quotidiennement les demandes des cuisiniers, ces derniers en retour voyant instantanément les produits et les quantités disponibles à commander. «L’intérêt de cette plate-forme est de voir au jour le jour la consommation des restaurateurs en produits GRTA. Cela permet de réagir vite et facilite lacommunication entre les dif férents acteurs. C’est un très bon outil d’analyse et de suivi», dit Patricia Bidaux, présidente de la commission technique GRTA. «Rien n’est acquis, il faut continuer à encourager les restaurateurs à acheter des produits du terroir et leur dire que les paysans ont besoin d’eux», a-t-elle insisté.

Des restaurateurs privés intéressés

Les restaurants collectifs de plusieurs institutions telles que les HUG font partie de la plate-forme, de même qu’un grand nombre de cantines de crèches, d’écoles et de restaurants d’entreprise du canton. «Les restaurateurs privés clas
siques commencent aussi à s’y intéresser sérieusement», relève Georges Vuillod, président de l’Association de la plate-forme GRTA, «ils seront l’une de nos priorités pour l’année prochaine. Les gran des enseignes comme Manor s’y mettent aussi. Après une période de tâtonnement, on sent maintenant que tout le monde comprend la chance que nous avons d’être à Genève et de bénéficier d’une agriculture de proximité, aux standards de production élevés», ajoute Georges Vuillod, rappelant que l’adhésion des agriculteurs, transformateurs et cuisiniers au GRTA reste une démarche volontaire.

Les résultats du concours

Afin de sensibiliser les chefs à sa cause, la plate-forme GRTA avait en 2015 lancé avec succès le concours de cuisine «Les Toqués de GRTA». Pour la deuxième édition, les quatorze chefs en lice se sont affrontés sur le thème «La volaille dans tous ses états». La remise des prix a eu lieu également aux «Automnales» de Palexpo, juste après celle des certificats aux nouveaux restaurants labellisés. La cocotte d’or est allée à Mohamed Arfaoui (1er prix), la toque GENÈVE La restauration GRTA est à l’honneur des élèves à Julien Gardette (2e prix) et la toque de la sympathie à Sébastien Macé (3e prix), tous trois distingués par un jury composé de professionnels et d’amateurs.