Anne Challandes élue au comité de l’USPF

Résultat équilibré malgré la crise
12 avril 2016
Label Genève Région – Terre Avenir: mention «Bien» mais peut mieux faire
16 mai 2016

Anne Challandes, de Fontainemelon, fait son entrée au comité en tant que représentante romande

La Neuchâteloise Anne Challandes a été chaleureusement élue au comité de l’Union suisse des paysannes et des femmes rurales.
L’organisation a aussi fêté les dix ans de sa fusion avec l’Union des paysannes catholiques suisses.

La présidente Christine Bühler avec Françoise Marendaz, membre sortante du comité de l’USPF .

La présidente Christine Bühler avec Françoise Marendaz, membre sortante du comité de l’USPF .

Une nouvelle représentante romande a fait son entrée au comité de l’Union suisse des paysannes et des femmes rurales (USPF). Anne Challandes, de Fontainemelon, a été acclamée par les 150 déléguées réunies à Stein am Rhein (SH) le 19 avril lors de l’assemblée annuelle. Un parterre coloré par les différents costumes régionaux de paysannes, portés aussi bien par les Suisses alémaniques que par davantage de Romandes qu’à l’accoutumée.
Présidente de la section des paysannes du Val-de-Ruz et membre du comité central des paysannes neuchâteloises, Anne Challandes est aussi membre de la Commission «Politique agricole» de l’USPF. Avocate de formation, Anne a participé à l’actualisation sur le plan juridique et à la rédaction en français des aide-mémoires édités par Agridea. Son nom n’est pas inconnu des lectrices et lecteurs d’Agri, puisqu’elle collabore depuis plus de quinze ans à notre hebdomadaire.
Elle remplace la Vaudoise Françoise Marendaz, de Mathod, qui siègeait au comité de l’USPF depuis 2008.

 

La roue continue de tourner

Les paysannes suisses ont célébré cette année les dix ans de la fusion entre l’Union suisse des paysannes et des femmes rurales et l’Union des paysannes catholiques suisses. Cet anniversaire a donné lieu à des exposés de Ruth Streit et d’Ingeborg Schmid, alors présidentes de ces deux entités. Cette dernière a relevé leurs nombreux points communs, en particulier la question de la formation. Le choix de la roue comme symbole du regroupement était tout à fait indiqué, a estimé la présidente actuelle de l’USPF Christine Bühler: «Dix ans plus tard, nous constatons que la roue continue à tourner. Parfois, un peu plus lentement, parfois un peu plus vite, mais, j’ose l’affirmer, le plus souvent dans la bonne direction». L’USPF demeure l’une des plus grandes organisations féminines de Suisse avec 57000 membres.

Intensification de la communication

La célébration des dix ans de la fusion compte parmi les priorités 2016 de l’USPF, avec le renforcement de la vision «notre association se profile», l’intensification de la collaboration entre les sections cantonales et le lancement d’une communication interne et externe active. Pour ce faire, la Commission «Relations publiques» a été dissoute pour être intégrée dans les tâches du secrétariat central, co-géré par Kathrin Bieri-Straumann et Yvonne Koller Renggli. Se rapprocher des femmes plus jeunes via les réseaux sociaux et élaborer une base de données des membres constituent les premières mesures, tout comme le nouveau design du rapport d’activités, apprécié des membres.

Davantage de flexibilité dans les commissions

La nouvelle commission «Alimentation et économie familiale» a par ailleurs vu le jour lors de l’assemblée. Elle s’ajoute aux commissions existantes: «Assurance qualité de la formation de la paysanne», «Politique agricole» et «Politique familiale et sociale». Suite à une révision des statuts, les tâches des commissions pourront être adaptées de manière plus flexible. Parmi les dossiers phares suivis de près par l’USPF se trouvent la campagne en faveur de l’Initiative populaire pour la sécurité alimentaire ainsi que la réforme de la prévoyance vieillesse 2020. Pour Christine Bühler, ce combat démontre l’implication de l’USPF en faveur des paysannes, mais aussi des femmes rurales: «Nous nous investissons particulièrement pour les intérêts des femmes au foyer et pour les gens ayant un revenu modeste. Selon les statistiques, de nombreux indépendants et particulièrement des femmes en font partie». Pour la paysanne de Tavannes (BE), c’est la combinaison des paysannes et des femmes rurales qui fait la force de l’association.

«Standing ovations»

C’est avec beaucoup d’émotion et de reconnaissance que les déléguées ont pris congé de leur fidèle traducteur, Eric Duc, après environ vingt ans d’activités. De quoi mériter un triomphe de la salle. Plus tard dans l’après-midi, la présidente Christine Bühler a elle aussi eu droit à une «standing ovation». Ces deux moments forts se sont ajoutés aux multiples remerciements adressés aux membres sortantes des commissions et de la conférence des présidentes. Au sein de cette dernière, Claudine Barman, de Vérossaz, a remplacé Elisabeth Giroud, de Charrat, pour le Valais romand.

Petra Artho (SG), Lotti Baumann (AG) et Claudine Barman (VS-F) remplacent respectivement Barbara Dürr, Helen Schreiber et Elisabeth Giroud à la Conférence des présidentes.

Petra Artho (SG), Lotti Baumann (AG) et Claudine Barman (VS-F) remplacent respectivement Barbara Dürr, Helen Schreiber et Elisabeth Giroud à la Conférence des présidentes.

Réane Ahmad