Label Genève Région – Terre Avenir: mention «Bien» mais peut mieux faire

Anne Challandes élue au comité de l’USPF
28 avril 2016
Abeille et terroir à la fête
2 octobre 2016

Un sondage auprès des Genevois montre que ces derniers cherchent de plus en plus à s’approvisionner en produits locaux. Le label Genève Région – Terre Avenir (GRTA) sert dans ce contexte de référence.

Tous les trois ans, l’étude marketing menée par l’institut Démoscope pour la Direction générale de l’Agriculture et l’OPAGE analyse les comportements d’achat des habitants du canton à l’égard de l’agriculture genevoise. Ce baromètre quantitatif et qualitatif enregistre également la notoriété du label GRTA, pierre angulaire de la politique agricole cantonale.

Visites en hausse

Plusieurs enseignements peuvent être tirés de cette édition 2015. Première bonne nouvelle, elle montre que les visites chez les producteurs de la campagne genevoise sont en hausse: 24% des personnes interrogées se rendent au moins une fois par mois chez les producteurs afin d’y acheter en priorité des fruits et légumes. La quasi-totalité (98%) des répondants affirment par ailleurs faire attention à l’origine des aliments qu’ils achètent. Les 94% des habitants du canton déclarent avoir acheté au cours de l’année dernière des produits issus de l’agriculture genevoise, un chiffre stable par rapport à 2011. Viennent en tête là aussi les légumes (88%) et les fruits (66%). A noter que les œufs (23%) et les produits laitiers (24%) connaissent une progression de 10 points par rapport à 2011.

Consommer plus, payer plus

Lorsqu’on les interroge sur les raisons pour lesquelles ils se tournent vers les produits de proximité, les Genevois avancent le soutien à l’économie locale et les agriculteurs, la garantie de fraîcheur et un coût écologique du transport diminué. Signe encourageant pour les producteurs, 86% aimeraient consommer plus de produits genevois et 71% se déclarent prêts à payer plus pour avoir des produits locaux de qualité. L’étude révèle cependant que le franc fort a laissé des traces parmi les revenus les plus modestes, incitant certains ménages à faire davantage leurs courses en France.

Le label GRTA en hausse constante

Si la notoriété du label GRTA augmente continuellement depuis sa création en 2004, il reste encore des marges de progression. En 2015, 33% des personnes interrogées peuvent citer spontanément le label (22% en 2011 et 10% en 2008). En cumulant les mentions spontanées et assistées, on arrive à un résultat plus satisfaisant: 79% d’habitants du canton connaissent le GRTA (38% en 2008). «On peut faire mieux, il faut accentuer nos efforts de visibilité par rapport à la marque pour que cette proportion de notoriété spontanée augmente», dit François Erard, directeur d’AgriGenève. Très bien établi chez les 55 ans et plus, le label l’est un peu moins bien chez les 35-54 ans. Sans surprise, il est connu des personnes qui visitent les producteurs et de celles qui accordent de l’importance à la provenance des produits qu’elles achètent.

Encore du travail

Le label GRTA est avant tout associé aux valeurs de proximité (avancée par 35% des répondants) et de qualité (30%). Si en 2008, environ 50% des sondés ne savaient pas quelle valeur attribuer au GRTA, ils ne sont plus que 22% en 2015. Certains produits sont plus associés au GRTA que d’autres: les légumes frais de saison (76%), les fruits (51%), mais seuls 25% citent les produits laitiers ou les produits carnés. Le vin, le pain les œufs, la farine tombent à 9%.
En matière de communication, il semble donc qu’il y ait encore un travail différencié à effectuer en fonction des produits. Une autre piste de réflexion concerne leur disponibilité: seuls 50% des répondants estiment qu’il est facile de trouver les produits GRTA. Il n’en demeure pas moins que l’étude montre qu’aux yeux des habitants du canton, le label GRTA s’est imposé aujourd’hui comme référent pour identifier les produits issus de l’agriculture genevoise parmi les nombreux choix que propose le commerce.

Alain-Xavier Wurst